• Vie du laboratoire

Actualités

"Pratiques de la psychanalyse et modes d'individualisation dans l'Inde urbaine contemporaine"

Soutenance de thèse de doctorat en sociologie d'Anne Gagnant de Weck

26 novembre 2018, à 15 heures

Sorbonne, galerie Gerson, escalier G2, 1er étage, salle F673, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris

 

Résumé de la thèse

Sous la direction de Alain Ehrenberg et de Marie-caroline Saglio-yatzimirsky

Cette thèse est consacrée à la pratique contemporaine de la psychanalyse à Delhi, en tenant compte de toutes les ambiguïtés de frontière et d’expression que cette pratique peut avoir – avec d’autres types de psychothérapie comme avec d’autres types de travail sur soi, notamment religieux. Après avoir resitué les pratiques psychanalytiques contemporaines dans la longue histoire de la psychanalyse indienne (1910-2017), elle-même étroitement liée à l’histoire médicale et sociale de l’Inde, ce travail cherche à décrire les formes que prend la pratique psychanalytique en contexte indien et à comprendre ce que révèlent ces formes d’un certain nombre de tensions autour de la montée en puissance de valeurs individualistes dans la classe moyenne de Delhi. A partir d’entretiens menés avec une quarantaine de thérapeutes et de patients et de la fréquentation assidue du milieu psychanalytique de Delhi, on montre comment le récent dynamisme de la psychanalyse dans la capitale et des psychothérapies au sens large dans les villes indiennes est soutenu par les changements profonds qui traversent la société indienne depuis la libéralisation des années 1990 (essor d’une société de consommation et constitution d’une classe moyenne urbaine ; progression des valeurs individualistes et intérêt croissant pour l’individu ; diffusion d’une culture psychologique et multiplication des experts, dont les psychologues et les psychanalystes). Les portraits détaillés de trois jeunes femmes – une psychanalyste et deux patientes – doivent nous permettre de mieux comprendre comment les changements qui affectent cette classe moyenne métropolitaine ont des répercussions dans les mutations subjectives d’individus particuliers. Il s’agit de comprendre ce que cherchent les individus dans la thérapie, ce qu’ils y trouvent, et plus fondamentalement encore la façon dont l’expérience analytique peut transformer non seulement leur vie concrète, mais aussi leur rapport au monde. Ce travail a ainsi deux versants principaux, eux-mêmes étroitement intriqués : d’une part, prendre le cabinet du thérapeute, lieu d’élaboration subjective, comme un laboratoire des renégociations à l’œuvre dans une Inde urbaine en plein essor ; d’autre part, chercher à décrire la façon dont les structures sociales et les représentations collectives propres au sous-continent façonnent la coloration spécifique que prend, en contexte indien, cette transaction intime qu’est la cure analytique et plus globalement la psychothérapie.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.