• Membres
  • Anciens doctorants et post-doctorants

Tajan Nicolas

Chercheur postdoctoral (2014-2017) à l'institut de recherches en sciences humaines de l'université de Kyoto

Contact : nicolastajan(at)yahoo.fr

Site personnel : www.hikikomori.fr

Présentation

Docteur en psychopathologie de l'université de Toulouse II le Mirail "Le retrait social au Japon. Enquête sur le hikikomori et l'absentéisme scolaire (futōkō)". Thèse sous la direction du professeur Marie-Jean Sauret et de Pierre-Henri Castel, soutenue le 8 février 2014, mention Très Honorable

Notre thèse de doctorat décrit et analyse le retrait social au Japon (hikikomori et futōkō). Hikikomori désigne à la fois un phénomène de retrait social concernant plusieurs centaines de milliers de personnes, et la personne elle-même, qui reste enfermée dans sa chambre, généralement au domicile familial, pour une durée de plusieurs mois voire plusieurs années, sans relations sociales. Le retrait social des élèves est plutôt désigné par le terme futōkō (absentéisme scolaire). D'abord, nous envisageons le hikikomori comme problème de société, nous synthétisons les travaux en anthropologie, psychiatrie et psychologie, et nous décrivons notre enquête dans les associations à but non lucratif (NPO), ainsi que les témoignages recueillis. Nous inscrivons nos perspectives à la charnière de la psychopathologie clinique et de l'anthropologie de la santé mentale. Ensuite, et dans la mesure où la plupart des hikikomori ont vécu une période d'absentéisme scolaire, nous menons une enquête sur l'assistance au futōkō, via des entretiens menés avec des cliniciens du département de Kyōto. Enfin, nous confrontons le retrait social aux discours sur l'identité japonaise, à travers une étude originale des textes de Doi Takeo, Kawai Hayao, et Jacques Lacan. Nos résultats soulignent que les hikikomori reçoivent surtout l'assistance des NPO au sein desquelles les psychiatres et les psychologues sont absents. En revanche, les psychologues cliniciens sont présents auprès des collégiens en difficulté, mais l'assistance des lycéens en difficulté demeure faible. L'ensemble de notre enquête démontre qu'au début du XXIème siècle, nous assistons à la naissance de la clinique infanto-juvénile nippone.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.