• Membres
  • Anciens doctorants et post-doctorants

Genest Louise

Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes

Ecole doctorale "Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés" (ED 180)

Contact : louise.genest(at)gmail.com

Titulaire d'une allocation de recherche doctorale de la Région Ile-de-France (Hors Dim) : Territoires et inégalités, politiques de prévention et de lutte contre les discriminations

Thèse soutenue le 23 novembre 2015 : Grossesses précoces et vulnérabilités : analyse sociologique de leur signification et des politiques périnatales mises en place

Sous la direction de Laurence Simmat-Durand et Alain Ehrenberg

Les vulnérabilités des mères pendant la grossesse et certains facteurs de risques sont décrits dans la littérature internationale comme ayant un impact sur la santé de l'enfant et de l'adulte en devenir. En effet, l'environnement social et familial, le comportement des parents ont des conséquences sur la santé à l'âge adulte, le développement de maladies chroniques, et la santé. Cette notion de vulnérabilité a été développée par l'OMS dès 1998, puis a été reprise comme un axe majeur des actions de prévention en France, comme notamment le plan périnatalité 2005-2007 ou comme le projet de préparation à la naissance et à la parentalité (PNP). Cette dernière action utilise un nouvel outil appelé entretien prénatal précoce au cours du quatrième mois de grossesse pour évaluer la situation de la mère au regard des différents types de vulnérabilité. Cependant la mise en œuvre des politiques périnatales en France est diversifiée géographiquement et les actions mises en place sont différentes d'un réseau périnatal à un autre. Actuellement, un examen individuel et/ou en couple est désormais proposé à toute femme enceinte et futurs parents au cours du quatrième mois depuis 2005, afin de préparer avec eux les meilleures conditions possibles de la venue au monde de leur enfant. L'objectif étant que toutes les femmes en bénéficient, notamment les plus vulnérables ou les plus isolées. Il s'agit notamment de femmes mineures qui restent des populations touchées par l'exclusion sociale, la précarité et par toute une série de discriminations aux caractères extrinsèques (éducation, lieu d'habitation etc.) ou intrinsèques (jeune âge, sexe, origine ethnique, situation familiale etc.).
Notre intérêt particulier pour les très jeunes femmes enceintes s'appuie sur de nombreuses études montrant qu'elles forment une population cumulant plusieurs facteurs de vulnérabilité. En effet, une enquête réalisée en 2005 à l'Ile de la Réunion tend à démontrer que les grossesses chez les adolescentes sont caractérisées essentiellement par un risque majeur d'accouchement prématuré. D'autre part, certains facteurs socio démographiques récurrents, comme l'arrêt précoce de scolarisation, l'absence d'activité professionnelle, l'absence de ressource, le jeune âge, semblent influer notablement sur la qualité du suivi obstétrical.
Dans ce projet de recherche, il va s'agir d'observer les vulnérabilités et plus particulièrement celles liées à une grossesse précoce, chez la femme enceinte au travers de l'outil d'observation privilégié que représente l'entretien prénatal précoce. Il s'agira également d'analyser le ressenti des femmes à l'égard de cet entretien prénatal précoce , d'évaluer si l'offre de soins répond à leurs attentes et s'il permet de lutter ainsi contre certaines formes de discriminations propres à cette population