• Membres
  • Anciens doctorants et post-doctorants

Lévy Benjamin

Doctorant en histoire des sciences et psychologie clinique, Université Paris Descartes

Contact : benjamin.levy(at)outlook.fr

Titre de la thèse : Genèse, évolution et pertinence de la notion de délires paranoiaques : approche épistémologique, culturelle et clinique

Sous la direction de Pierre-Henri Castel (Université Paris-5 Descartes)
Co-direction, Alain Vanier (Université Paris-7 Diderot)

Il s'agira, corrélativement, de mieux comprendre en quoi certains facteurs culturels, politiques et sociaux continuent d'influencer nos manières de penser et décrire la maladie mentale. Dans cette optique, une enquête de terrain nous permettra d'interroger les manières contemporaines de décrire la catégorie de "délire paranoïaque de revendication" en France, en Allemagne et dans les pays anglo-saxons. Nous envisageons de rencontrer des praticiens du champ psychiatrique aussi bien que des membres du personnel juridique (confrontés aux dits "quérulents processifs", ou "plaideurs procéduriers") afin d'étudier les dynamiques institutionnelles qui imodèlent et déterminent le mode de description d'une conduite qualifiée de pathologique.
La co-inscription de nos recherches en psychologie clinique permettra de leur donner un ancrage pratique en institutions médico-sociales, médico-psychologiques et psychiatriques. Nous serons ainsi, en définitives, portés à rouvrir les questions suivantes : les délires paranoïaques peuvent-ils être considérés comme des entités autonomes (distinctes des états dissociatifs schizophréniques) ? Si oui, quelle est la nature exacte des mécanismes grâce auxquels ils peuvent être singularisés ? Et en quoi l'influence des institutions, aussi bien psychiatriques que juridiques, déterminent-elles leur mode de présentation ?
Mots clés : Délires paranoïaques, épistémologie, histoire de la psychiatrie, psychologie clinique, sociologie de la psychiatrie.
Liens : Bibliographies chronologies consacrées aux notions étudiées dans ma thèse (délires paranoïaques et quérulence processive)