• Membres
  • Doctorants

Bourdais Julien

Doctorant en sociologie, Université Paris Descartes

Titulaire d'un contrat doctoral de l'Université Paris Descartes (2013-2016)

Contact : ju.bourdais(at)gmail.com

Titre de la thèse : Entre public et privé : la prise en charge hospitalière des patients psychiatriques à l'âge de l'ambulatoire

Sous la direction d'Alain Ehrenberg

Ma thèse cherche à éclaircir, par le biais de méthodes ethnographiques et statistiques, l'ambiguïté de la place qu'occupent les cliniques privées de psychiatrie dans le champ de la santé mentale. Il s'agit de comprendre comment s'articule l'hospitalisation que proposent ces établissements (prise en charge pour plus de 24 heures sous une responsabilité médicale) à l'ensemble des modes de prise en charge des troubles psychiques, majoritairement publics et surtout, très divers. Pour cela, je m'intéresse tout particulièrement aux moments de l'entrée et de la sortie depuis ou vers une clinique privée de psychiatrie : quelle place cette hospitalisation prend-elle dans la trajectoire de soin des patients ? Dans quelles mesures les différents professionnels de la clinique sont-ils concernés par ces moments ? Dans quelle mesure les partenariats institutionnels de la clinique déterminent-ils la façon dont se déroulent les admissions et les sorties des patients ?
Ces interrogations se basent sur les récents travaux historiques et sociologiques qui ont décrit une intensification des réformes de l'hôpital psychiatrique dans les années 1950, la mise en place d'une prise en charge en réseau ("le secteur psychiatrique") dépassant les murs de l'hôpital à partir des années 1960, puis à partir des années 1990, des politiques de "Santé Mentale" visant à intégrer les prises en charge sanitaire, médico-sociale et sociale. L'enjeu commun à ces différentes transformations de l'offre de soin est d'assurer la continuité des prises en charge pour les personnes souffrant de troubles psychiques. L'intégration des cliniques privées à ces réformes n'a souvent été que partiellement pensée et très peu étudiée. Le champ de la Santé Mentale s'est transformé pour que l'hospitalisation à temps plein soit associée à des alternatives. Alors que le réseau public est organisé à l'échelle de territoires départementaux ou infra départementaux, les cliniques privées qui, en psychiatrie réalisent majoritairement de l'hospitalisation, ne sont pas mécaniquement associées à ce réseau.
A l'heure où l'hospitalisation à temps plein doit être une option parmi d'autres dans le parcours des personnes souffrant de troubles psychiques, quelle place ont des établissements spécialisés dans l'hospitalisation et dont l'insertion dans un réseau d'offreurs de prise en charge est toujours à construire ? Pour tenter de répondre à cette question, j'envisage d'étudier de manière ethnographique deux cliniques privées contrastées ainsi que de procéder à une étude des données statistiques nationales sur les établissements de santé privés à but lucratif dans le champ de la psychiatrie.

Enseignements : Monitorat, "Enquêtes Qualitatives en Sciences Sociales", animé avec Jacques Petitier, Ecole Normale Supérieure de Cachan (L3). 2013-2016