• Membres
  • Doctorants

Brossard Antonielli Alila

Doctotante en sociologie, EHESS 

Contact : alila.antonielli(at)ehess.fr

Curriculum-vitae

Titre de la thèse : Le transfert de technologie du Brésil vers le Mozambique pour la fabrication locale de médicaments antirétroviraux génériques

Sous la direction de Maurice Cassier (CNRS) et Marilena Correa (IMS – UERJ)

Depuis 2003, le Brésil soutien la mise en place d’une usine de médicaments génériques au Mozambique pour produire localement des antirétroviraux (ARV) génériques. Ce projet audacieux de coopération Sud-Sud a pour objectif de favoriser l’augmentation de la couverture de traitement du VIH/sida dans des pays en développement et diminuer l’écart sanitaire qui s’est creusé depuis la globalisation des monopoles des brevets pharmaceutiques.

Le Brésil est reconnu mondialement pour sa politique de traitement gratuit et universel du VIH, étroitement associée à la mise en place d’une politique d’innovation industrielle autour de la fabrication de médicaments génériques, et son engagement à l’international pour l’accès aux médicaments ARV. La Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) et son laboratoire public (Farmanguinhos) ont ainsi transféré au Mozambique la technologie acquise ces vingt dernières années grâce à la copie de médicaments sous brevet (reverse engineering), ainsi que les innovations marginales aux processus de production développées parallèlement, et formé le personnel de l’usine.

La production d’ARV locale au Mozambique a commencé en 2013, mais reste soumise à la préqualification par l’OMS. Sans cette certification, l’usine ne pourra pas distribuer ni vendre sa production au Ministère de la Santé mozambicain, qui dépend des conditions d’achats des bailleurs de fonds internationaux pour assurer le traitement du VIH. L’usine doit également faire face à des contraintes de qualité et d’acquisition des ingrédients pharmaceutiques actifs, en plus de celles liées à la formation du personnel et l’appropriation locale de savoirs liés la fabrication de médicaments.

Cette recherche interroge le déroulement de ce projet qui imbrique santé publique, diplomatie et circulation de savoirs techniques, les dynamiques politiques autour de son implantation et les conditions pratiques du transfert de technologie et d’acquisition de savoirs complexes. L’objectif est de contribuer à la compréhension des enjeux autour de la fabrication de génériques dans les pays en développement, notamment en Afrique subsaharienne où se concentrent des besoins importants en médicaments essentiels. Il s’agira également de comprendre le rôle de ce projet de coopération dans une nouvelle économie politique globale du médicament et ses conséquences pour les politiques de traitements dans les pays du Sud dans le cadre de l’épidémie de VIH/sida et de la mise en traitement précoce préconisée ces dernières années par l’OMS.

Cette recherche bénéficie d'un financement par la Région Île-de-France dans le cadre des Domaines d'Intérêt Majeur Innovations Sciences Techniques Sociétés.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.