• Membres
  • Doctorants

Ung Yannick

Ergothérapeute, designer pédagogique et doctorant en sociologie de la santé (Université Paris-Descartes / Université Laval, Québec), en partenariat avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM)

 

Contact : yannick.ung(at)me.com 

Titre de la thèse : Étude ethnographique de la participation sociale des personnes présentant un "Trouble Obsessionnel Compulsif" et conception de dispositifs technologiques d’assistance au handicap psychique: "De l’ergothérapie aux sciences sociales et à l’épistémologie"

Sous la direction de Xavier Briffault et Sylvie Tétreault

Les Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) se manifestent de façon irrépressible par des pensées irraisonnées et des comportements répétitifs. Ils conduisent à un retentissement significatif dans les activités de la vie quotidienne.

À travers une étude ethnographique, la visée de ce projet de thèse est de documenter de façon qualitative et empirique les retombées des TOC sur la qualité de vie et la participation sociale. La présente recherche s’inscrit dans le cadre du Processus de Production de Handicap (PPH) élaboré par (Fougeyrollas et al., 2010) et vise à soutenir la réalisation des activités courantes ainsi que le maintien des rôles sociaux.

Dans un contexte d’anxiété et de respect conditionnel aux rituels spécifiques, le domicile des personnes présentant des TOC est un terrain de recherche et d’intervention difficile d’accès. La spécification fonctionnelle de dispositifs de navigation virtuelle (réalité virtuelle) et la conception d’environnements domotiques augmentés (e.g. mobile Health, applications smartphone, objets connectés) ont permis de relever le défi d’agir sur les facteurs environnementaux qui sont source de situations de handicap et de contribuer à l’élaboration de stratégies thérapeutiques personnalisées.

En s’appuyant sur le concept de "rétablissement" en santé mentale (i.e. Recovery, Anthony, 1993 ; Deegan, 1996), ce projet de thèse a contribué à la formalisation d’un design de recherche, fondée sur une approche d’intervention écologique en santé mentale et sur une démarche centrée sur les occupations (Fisher, 1998), afin de favoriser l’accès aux personnes à une qualité de vie satisfaisante ainsi qu’à de nouvelles opportunités occupationnelles.