• Membres
  • Doctorants

Pourraz Jessica

Doctorante en sociologie, EHESS

Formation Doctorale "Santé, Populations et Politiques Sociales" (SPPS)

Titulaire d’un contrat doctoral (2014-2017) dans le cadre du projet de recherche "Globalmed - les combinaisons thérapeutiques à base d’Artémisinine (CTA) : une illustration du marché global du médicament, de l’Asie à l’Afrique"

Contact : jessica.pourraz(at)ird.fr

Curriculum-vitae

Titre de la thèse : "Réguler les médicaments contre le paludisme au Bénin et au Ghana : politiques publiques, normes de qualité et marchés de médicaments"

Sous la direction de Maurice Cassier (Cermes3), en codirection avec Carine Baxerres (IRD, Merit)

Dès 2001, les Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisinine-CTA sont recommandées par l’OMS afin de remplacer les "vieilles molécules" jugées inefficaces pour le traitement du paludisme. Sur ces recommandations, le Bénin et le Ghana changent leur politique en 2004. Se pose alors pour les pays l’enjeu du coût élevé de ces nouveaux médicaments en remplacement de la chloroquine, médicament très bon marché produit localement. Les nouvelles recommandations d’usage de l’OMS et les financements internationaux octroyés pour l’achat de ces traitements provoquent une stimulation de l’innovation pharmaceutique et de la production de ces médicaments en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Dès 2004, le Fonds Mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme conditionne son aide financière dans la lutte contre le paludisme en Afrique à l’utilisation des CTA. On observe alors au Bénin et au Ghana une arène d’acteurs transnationaux se mettre progressivement en place pour l’approvisionnement des CTA. Ils composent "une nouvelle gouvernance pharmaceutique" à l’origine de la configuration de l’offre des médicaments. Ils génèrent de nouveaux réseaux d’approvisionnements qui viennent alors se juxtaposer à ceux existant, s’y mêlent, voire même entrent en concurrence avec eux. Les aides financières sont conditionnées à l’achat de CTA préqualifiées par l’OMS, label dont les industries pharmaceutiques ghanéennes ne bénéficient pas, ce qui les laisse en marge de ce marché. Face aux exigences et aux conditions imposées par les acteurs transnationaux aux pays "sous régime d’aide", nous tenterons d’interroger les dispositifs sur lesquels s’appuient le Bénin et le Ghana pour déployer leur politique pharmaceutique nationale.