• Membres
  • Chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens

Winance Myriam

Sociologue, chargée de recherche Inserm

Contact : myriam.winance(at)cnrs.fr

Curriculum-vitae
Page personnelle

Présentation

Le fil conducteur de mes recherches est la question du handicap. Mon objectif est d’analyser, avec les outils de la sociologie, la manière dont cette notion est définie, dans notre société, à travers d’une part les politiques et dispositifs institutionnels, et d’autre part, les pratiques et l’expérience des personnes. Ils s’inscrivent à l’articulation d’une socio-histoire politique du handicap, de la sociologie de la santé et de la sociologie des sciences et des techniques. Ils interrogent les notions de soin ("care"), de personne (conceptions de la "personne"), de corps, de handicap.

Dans mes précédents travaux, je m’étais intéressée à la question des "prothèses" (logiques d’usage et interactions avec le fauteuil roulant) et à l’évolution des politiques du handicap (modèles du handicap dans la politique internationale –débats autour des classifications internationales de l’OMS, de l’Universal Design – et dans la politique nationale – débats autour de la loi de 2005 : tensions entre trois politiques du handicap : catégorielle, universelle, personnalisée). Mes recherches récentes ont porté sur deux thématiques : 1/ la réparation des accidents médicaux, 2/ l’émergence de catégories politiques dans le secteur médico-social.

1/ Handicap et réparation. J’ai participé à un projet collectif, coordonné par J. Barbot (Inserm) sur la question de la réparation des accidents médicaux, dans le cadre du dispositif de règlement amiable créé par la loi du 4 mars 2002. Son objectif était d’analyser les plaintes des personnes dans le champ des accidents médicaux d’un point de vue quantitatif (à partir d’une base de données statistiques, analyse détaillée des caractéristiques des victimes et des plaignants qui s’adressent au dispositif, et du parcours de leur plainte, discussion de la question des inégalités dans les parcours d'indemnisation, du point de vue des caractéristiques des victimes mais aussi du fonctionnement du dispositif) et d’un point de vue qualitatif (à partir des lettres des personnes, analyse du travail critique réalisé par les personnes pour construire leur plainte et définir leur dommage corporel).

2/ L’émergence de catégories politiques dans le secteur médico-social. Suite à ma participation à l’expertise collective "Handicaps rares" de l’Inserm (2013), je me suis intéressée à l’histoire de la prise en charge des personnes atteintes de plusieurs déficiences, et à l’émergence corrélative de catégories politiques et de dispositifs de prise en charge. Je m’intéresse plus particulièrement à l’histoire et à l’usage de deux catégories, celle de "handicaps rares" et celle de "polyhandicap". Je montre que ces deux catégories sont liées à des conceptions différentes de l’organisation de la prise en charge. La notion de "rareté" a été utilisée et défendue par le CLAPEAHA (Comité de Liaison des Associations de Parents d’Enfants Atteints de Handicaps Associés), comme opérateur de passage, au niveau du territoire national, d’une logique en termes de places dans les établissements spécialisés à une logique en termes de soin spécialisé, dispensé par des Centres Ressources Nationaux Handicaps Rares. La notion de "polyhandicap" a été utilisée et défendue par le CESAP (Comité d’Etude et de Soin Auprès des Personnes Polyhandicapées), pour rassembler sous une catégorie unique une population hétérogène nécessitant un mode d’accompagnement similaire, organisé sur un territoire local. En suivant l’histoire et l’évolution de ces catégories, il s’agit plus largement de comprendre l’organisation et la structuration du secteur médico-social (en explorant la double tension qui traverse cette politique : d’une part, entre le médical et le social, d’autre part, entre catégorisation et personnalisation des prises en charge) et l’évolution de la politique sociale et médico-sociale française (le passage d’une organisation spatiale de la prise en charge en termes d’équipement du territoire à une organisation temporelle de la prise en charge, en termes de gestion des parcours).

Contrat de recherche : "Les "handicaps rares" dans les transformations du secteur médico-social. Socio-Histoire d’une catégorie politique, 1960-2012", coordination M. Winance, financement CNSA – IRESP, 2014-2017. Projet collectif avec Louis Bertrand.

En lien avec ces activités de recherche, je développe une réflexion méthodologique autour des recherches qualitatives en santé et des enjeux que posent ces recherches (en termes d’interdisciplinarité notamment). J’ai ainsi participé à l’édition d’un ouvrage collectif ("Les recherches qualitatives en santé", Armand Colin, 2016). Enfin, j’associe ces activités de recherche avec des activités d’enseignement (méthodes qualitatives, sociologie de la santé, sociologie du handicap) et des activités d’animation de la recherche (Rédacteur en chef associé de la revue Alter, par exemple). 

Dernières publications