• Membres
  • Chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens

Dufaud Grégory

Historien, maître de conférences Institut d'études politiques de Lyon associé au Cermes3

Contact : dufaud(at)vjf.cnrs.fr

Page Academia

Présentation

Grégory Dufaud est spécialiste de l’Union soviétique.

Ses premières recherches ont porté sur le rapatriement des ressortissants soviétiques présents en France par faits de guerre.

Il a ensuite travaillé sur la politique des nationalités à laquelle il a consacré plusieurs publications.

Désormais, il s’intéresse à la médecine et à la santé. Ses recherches portent principalement, mais pas uniquement, sur la psychiatrie.

Dans le cadre de sa recherche sur la psychiatrie, il entend d’abord examiner le rôle prêté aux psychiatres au sein du projet transformatif soviétique et l’importance de la protection accordée aux individus investis dans la réalisation de la nouvelle société. Il veut aussi montrer les modalités d’exploration de la subjectivité par les psychiatres et comment ces derniers ont participé à la fabrication des normes sociales et politiques par la redéfinition des frontières entre le normal et le pathologique. Mais cette enquête n’est pas uniquement centrée sur l’URSS, puisqu’elle s’intéresse enfin aux échanges transnationaux dans les transformations de la psychiatrie soviétique et à l’influence que celle-ci a eue à l’étranger.

Par ailleurs, Grégory Dufaud publie sur l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire.

Il a enseigné dans le secondaire (au collège et au lycée) et dans le supérieur (université Paris I, Collège universitaire français de Moscou, Institut d’État des relations internationales de Moscou, Université Paris-Est Créteil). 

Avec Larissa Zakharova (http://www.cercec.fr/larissa-zakharova.html), Grégory Dufaud anime le projet de recherche conjoint Cermes3-Cercec : "Gouverner la science, gouverner par la science. Sciences et techniques en Union soviétique, 1945-1991", soutenu par le fonds de la recherche du LabEx Tepsis (sept. 2016-août 2018).

L’objectif de ce projet est de rendre compte du déploiement et du fonctionnement de la science en Union soviétique après 1945. À travers une enquête précise et documentée, il entend non seulement participer au renouvellement de la vision de l’autoritarisme soviétique, mais aussi contribuer à la réflexion plus générale sur la place des sciences (y compris biomédicales) et des techniques dans les sociétés. L’Union soviétique reste en effet quasiment absente des analyses historiques et sociologiques générales sur les sciences et les techniques au xxe siècle. Le communisme a pourtant placé la science et la technique au fondement de son projet transformatif : il désirait non seulement changer le monde économique, social et naturel à partir de connaissances scientifiques et à l’aide des innovations techniques ; mais il entendait également proposer un mode de connaissance inédit par le biais du marxisme-léninisme. Ce qui signifie que science et technique devaient tout à la fois permettre les changements et en être l’expression. Un double mouvement donc, que cette recherche collective se propose d’explorer.