Rapegno Noémie

Doctorante en géographie, EHESS

Contact : nrapegno(at)gmail.com

Titre de la thèse : Structures médico-sociales pour adultes handicapés : enjeux territoriaux et impact sur la participation sociale des usagers

Sous la co-direction de J.-F. Ravaud (Cermes3) et de J.-M. Amat-Roze (Lab'Urba)

C'est dans le cadre d'une approche alliant géographie sociale et aménagement du territoire que je propose d'aborder la question du handicap en géographie. Mon étude s'articule autour des notions de territoire, non seulement en tant qu'agencement de ressources matérielles et symboliques capable de structurer les conditions pratiques de l'existence des individus (Levy, 1994) mais aussi en tant que forme d'appropriation des individus, tant par leurs pratiques spatiales que sur des registres cognitifs ou symboliques (Tuan, 2006), et de territorialité (Raffestin, 1982) ou relation au territoire.

L'objectif est d'analyser la répartition des ressources en structures d'hébergement pour adultes handicapés présentant principalement une déficience motrice et âgés de 20 à 59 ans sur le territoire français puis localement, à partir d'un échantillon de structures, de retracer les territorialités des résidents pour aboutir à la discussion d'un environnement plutôt favorable ou défavorable aux résidents. Je m'intéresserai aux mécanismes décisionnels, actuels et plus anciens, d'implantation des établissements puis aux processus d'appropriation de l'espace par les personnes handicapées résidentes en étudiant leurs pratiques spatiales et sociales, leurs habitudes inscrites sur le territoire.
Cette recherche vise à comprendre les modalités d'implantation des établissements et de l'inscription dans l'espace des personnes handicapées résidant en établissement médico-social en fonction de la localisation et de l'insertion de leur établissement de résidence dans l'espace environnant. Je tenterai d'appréhender non seulement les disparités et dynamiques territoriales dans le secteur des structures d'hébergement pour adultes handicapés, mais aussi comment les résidents dessinent leur propre territoire et s'inscrivent dans celui-ci.
Les questions que pose cette étude ne sont pas uniquement d'ordre géographique, elles ouvrent une réflexion plus globale sur la participation sociale des personnes handicapées, sur des enjeux de société.