Actualités

Motion adoptée par l'assemblée générale du Cermes3

La majorité des personnels du laboratoire Cermes3 rappelle que le projet de réforme des retraites du gouvernement Philippe va, par l’instauration d’un système par points, entraîner une diminution généralisée du niveau des pensions. Ce système va en outre toucher avec une sévérité particulière les personnes ayant connu des périodes de chômage, de maladie, de précarité ou de temps partiel, des congés parentaux, ou qui ont commencé leur carrière tardivement - ce qui est souvent le cas pour les jeunes chercheur.e.s, avec le recul du nombre de recrutements par les Universités et le CNRS de la dernière décennie. Il est contraire aux principes de solidarité et de fraternité qui sous-tendent le système de pensions mis en place dans notre pays à la Libération. Il n’est par ailleurs aucunement imposé par l’état actuel des finances du système des retraites. Nous refusons cette réforme.

Nous exprimons également notre inquiétude face aux projets concernant l'enseignement supérieur et la recherche (ESR), qui vont faire l'objet d'une loi dans les prochains mois (LPPR : loi de programmation pluri-annuelle de la recherche). Consulté, le Cermes3 avait fait le 12 avril 2019 une proposition demandant une programmation pluriannuelle de l'emploi public, l'augmentation de la dotation des laboratoires, une réaffectation d'une partie du Crédit impôt recherche, l'élargissement des partenariats (trop souvent cantonnés à l'industrie) au monde associatif, la conservation d'une articulation forte entre enseignement et recherche.

Les propositions préparatoires à la LPPR vont dans le sens opposé : tenure-track, CDI de chantier, modulation des services et suppression du service de référence d’enseignement, généralisation des recours aux financements par appel à projets et compétition exacerbée... S'il était mis en œuvre, ce projet aboutirait à une précarisation de nombreux personnels de l’ESR et à une disparition des financements récurrents de la recherche.

Pour toutes ces raisons, nous considérons que le projet de réforme des retraites n’est ni acceptable ni amendable, et que le projet de réforme de l’ESR qui se profile est très inquiétant. Nous nous inquiétons tout particulièrement de l’impact négatif de ces deux projets sur l’attractivité de la recherche et de l’enseignement supérieur public.

Nous appelons aux actions suivantes :

  • Nous appelons à la grève, aux manifestations et à participer aux actions menées contre ces projets les 14-15 et 16 janvier prochain, en réfléchissant à supprimer les séminaires et les enseignements ou à les aménager pour informer les collègues et étudiant-es sur les réformes en cours.
  • Nous invitons les conseils de laboratoire, les facultés, composantes et différentes instances universitaires à se positionner clairement sur le projet de réforme et à soutenir les actions de mobilisation en cours.
  • Nous invitons à faire preuve d'imagination pour informer correctement le grand public français et proposons d'alerter nos partenaires internationaux - qui connaissent des conditions de travail similaires - en vue d'une mobilisation commune.

Motion adoptée le 15 janvier 2020, par 53 voix sur 57 votants

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.