• Membres
  • Doctorants

Leprêtre Matti

Doctorant en Savoirs en sociétés, EHESS

 

 

 

Titre de la thèse : Entre quête de pureté et préservation de la complexité de l’action organique : construire l’identité thérapeutique des plantes en contexte d’industrialisation (Allemagne-France, 1850-1945)

Sous la direction de Jean-Paul Gaudillière (Cermes3) et Anne Rasmussen (CAK)  

Cette thèse a pour objectif d’étudier la manière dont se réinvente l’identité thérapeutique des plantes dans un contexte d’industrialisation et de chimicalisation de la production du médicament. Comment la plante devient-elle un médicament « naturel », et par opposition à quelle artificialité ? Comment l’industrialisation transforme-t-elle les techniques de séchage et de conservation des plantes, ainsi que les méthodes d’extraction de leurs propriétés ? De manière centrale, il s’agira d’étudier, dans un contexte de montée en puissance de la « vision moléculaire » du médicament, les ambivalences de discours qui mettent en avant et la nécessité d’aboutir à un principe actif « pur » (permettant la production en masse), et celle de préserver la complexité de ce qui est encore perçu par certains comme un composé organique (devant faire l’objet d’un traitement différent de ceux inorganiques). 

On cherchera à analyser le travail de frontières par lequel des remèdes végétaux qui constituent jusqu’au début de notre période l’essentiel de la pharmacopée en viennent à être perçus comme appartenant aux « marges » de la médecine, tout en insistant sur le caractère relatif de frontières qui varient selon les lieux, les acteurs et les périodes, et ne concernent que certains agents thérapeutiques à base de plantes (témoin la saga des alcaloïdes). Il s’agira moins d’analyser la supposée marginalisation des plantes que la construction d’une telle perception, qui va de pair avec un sentiment de perte de « la nature » propre à l’industrialisation. En tenant compte à la fois des perspectives des scientifiques, de l’activité des industriels et des rapports ordinaires à la plante, notre but est de proposer une anthropologie symétrique de la manière dont survient l’innovation thérapeutique, à l’interface entre médecine officielle et « marges » de la médecine.

Dernière publication 

« Paracelsus, his Herbarius, and the relevance of medicinal herbs in his medical thought ». À paraître en avril 2021 dans Daphnis. Zeitschrift für Deutsche Literatur und Kultur der Frühe Neuzeit (double-blind peer review). 60 pages.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.