• Membres
  • Post-doctorants

Mathieu Marie

Post-doctorante en sociologie, Inca

Chercheuse associée Cresppa-CSU

Contact : marie.mathieu(at)inserm.fr

Présentation

Je suis actuellement post-doctorante au sein de la recherche financée par l’Inca « Faire sens du cancer à l’ère de la génomique », qui analyse l’impact de l’introduction de la génomique haut débit et de la médecine personnalisée sur l’organisation du travail de recherche et de soins et sur la prise en charge clinique des patient•es en oncologie. 

Dans le cadre de cette recherche post-doctorale, j’interroge la manière dont le recours à la génétique modifie les façons dont les patient•es appréhendent et vivent un cancer. La recherche s’appuie notamment sur des observations et des entretiens avec des patient•es. De manière à saisir au mieux leurs expériences et les processus de socialisation à la maladie, elle porte une attention particulière aux lieux où se rencontrent patient•es et expert•es en cancérologie (chercheur•es et clinicien•nes), que ce soit lors de consultations ou dans des espaces dédiés aux échanges entre ces différent•es acteur/trices autour de thèmes articulant cancers et génétique. Par ailleurs, les associations de patient•es étant des lieux d’échanges d’informations et de construction collective de sens, l’enquête explore leur compréhension de ces nouvelles technologies et la construction sociale de leur vision de ces dernières.

Mes différents travaux jusqu’alors ont en commun d’interroger des pans particulièrement invisibilisés du travail des femmes (travail procréatif, travail des apparences dans les emplois de service, production de savoirs). 

Dans le cadre de ma thèse réalisée en cotutelle (Paris 8-CSU/UQAM-IREF) et soutenue en 2016, j’ai analysé la construction sociale des expériences contemporaines d’avortement à Paris et Montréal. J’y ai notamment révélé les différents éléments qui teintent les vécus des femmes d’un ou plusieurs avortements et les obstacles persistants à leur autonomie procréative. Lauréate de la bourse de la ville de Paris en études genre 2018 et d’une bourse d’aide à la mobilité de l’Institut du Genre (2019), j’ai prolongé ce travail par une enquête ethnographique auprès de femmes qui quittent la France pour obtenir un avortement, ayant dépassé le seuil fixé dans la loi sur l’IVG.

Mon intérêt pour la production et à la diffusion des savoirs issus des pratiques et études féministes m’a conduit quant à lui, à contribuer la réalisation de différents projets collectifs. J’ai été notamment ingénieure en traitement et analyse de données pour le Recensement national des recherches sur le genre et/ou les femmes au sein de Mission pour la place des femmes au CNRS en 2011. Plus récemment, j’ai travaillé à la coordination et à la mise en place de la 8ème édition du Congrès international des recherches féministes (CIRFF) qui a lieu en 2018 à l’Université Paris-Nanterre et à la fabrication de deux films documentaires rendant compte de cet événement et plus largement de l’histoire des CIRFF. 

Enfin, ayant été salariée dans la restauration durant mes années universitaires dans différents établissements, j’ai produit un article à partir d’une de ces expériences, qui donne à voir le travail invisible qu’implique – tout particulièrement pour les femmes – l’uniforme et la manière dont il produit des classes de sexe.

Publications 

Coordination de dossiers de revues

  • 2020- Avec Vanina Mozziconacci, Lucile Ruault et Armelle Weil (dirs.) « Partir de soi : expériences et théorisation », Nouvelles Questions Féministes, vol.39, n°1, 184 p. 
  • 2017- Avec Lucile Ruault (dirs.), « Le travail procréatif. Contrôle de la fécondité, engendrement et parentalité », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol.48, n°2, 206 p.

Articles dans des revues à comité de lecture

  • 2019 - « La fabrication du corps des « hôtesses de table ». Comment l’uniforme produit les classes de sexe dans la restauration », Nouvelles Questions Féministes, vol. 38, n°2, p.16-33 
  • 2018 - « Le Centre de Santé des femmes de Montréal d’hier à aujourd’hui. Des pratiques en mouvements », Nouvelles Questions Féministes, vol. 37, n°1, p.106-122 
  • 2017 - Avec Lucile Ruault, « Une incursion collective sur un terrain éclaté. Pour une approche matérialiste des activités liées à la production des êtres humains », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 2, n° 48, p.1-27 
  • 2017 - Avec Mathieu Azcué, « Avorter et accoucher autrement. De la démédicalisation à la reconfiguration des normes sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 2, n° 48, p.95-116 
  • 2014 - Avec Lucile Ruault, « Prise en charge et stigmatisation des avortantes dans l’institution médicale : la classe des femmes sous surveillance », Politix n° 107, p.33-59

Entretiens dans des revues à comité de lecture

  • 2020 - Avec Vanina Mozziconacci, Lucile Ruault et Armelle Weil, « Michèle Le Doeuff, une philosophe féministe. Cheveux courts, idées longues », Nouvelles Questions Féministes, vol. 39, n°1, p.98-115 
  • 2019 - Avec Véronica Gomes, « Francine Descarries, sociologue-militante féministe québécoise. Institutionnaliser les études féministes pour transformer la société », Parcours, Nouvelles Questions Féministes, vol. 38, n°2, p.108-121 
  • 2017 - Avec Pauline Rameau et Lucile Ruault, « La maternité et le “travail reproductif” en questions. Entretiens croisés avec Anne-Marie Devreux, Francine Descarries, Françoise Thébaud et Louise Vandelac », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 2, n° 48, p.139-163 

Comptes rendus dans des revues à comité de lecture 

  • 2022 - « Regard sur…Maud Simonet, Travail gratuit : la nouvelle exploitation?, Paris : Éditions Textuel, 2018, 152 p. et Camille Robert et Louise Toupin, Travail invisible. Portraits d’une lutte féministe inachevée, Montréal : Éditions du Remue-ménage, 2018, 195 p. », Travail, genre et sociétés (à paraître)
  • 2021 - Compte-rendu de « Gabrielle Schütz, Jeunes, jolies et sous-traitées : les hôtesses d’accueil, Paris : La Dispute, 2018, 242 p. », Revue française de science politique (à paraître)
  • 2019 - « Une poignée de sel sur les braises de la lutte pour la libération de l’avortement et de la contraception. À propos du film « Quand je veux, si je veux » de Susana Arbizu, Henri Belin, Nicolas Drouet et Mickaël Foucault, France, 2018, 1h13 », Mouvements, n°99/3 - p.48-56 
  • 2019 - Compte-rendu de « Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le social à l’épreuve du dégoût, Rennes : PUR, 2016, 218 p. » Travail, genre et sociétés, n°41/1 - p. 212-214 
  • 2017 - Compte-rendu de « Fabrice Cahen, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950, Paris : PUF – Ined, 2016, 416 p. » Droit et Société. Théorie et sciences sociales du droit, n°96/2 
  • 2014 - Avec Lucile Ruault, compte-rendu de « Isabelle Clair, Sociologie du genre, Paris : Armand Colin, 128, 2012, 128 p. » Mouvements, n°77 - p.158-164 
  • 2013 - Avec Lucile Ruault, compte-rendu croisé de « Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini- Fournel, Les lois Veil. Les événements fondateurs. Contraception 1974, IVG 1975, Paris : Armand Colin, Coll. U, 2012, 228 p. et Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956- 1979), Rennes : PUR, coll. « Archives du féminisme », 2012, 358 p. » Les Cahiers du Genr , n°54 - p.241-246 
  • 2011 - Compte-rendu de « Léo Thiers-Vidal, De “L’Ennemi principal” aux principaux ennemis. Position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination, Paris : L’Harmattan, 2010, 372 p. » Les Cahiers du Genre, n°51 - p.233-236

Rapport de recherche 

2010 - Avec Francine Descarries, Entre le rose et le bleu : stéréotypes sexuels et construction sociale du féminin et du masculin Conseil du Statut de la femme, Québec, 151p.

EN POURSUIVANT VOTRE NAVIGATION SUR CE SITE, VOUS ACCEPTEZ L’UTILISATION DE COOKIES OU AUTRES TRACEURS AFIN DE RÉALISER DES STATISTIQUES DE VISITES.